Opération parking du marché – LE PROJET répond-il à NOS BESOINS ACTUELS ?

Les besoins exprimés en 2009 (et repris en 2012), si tant est qu’ils aient un jour été correctement définis à l’époque, sont-ils toujours d’actualité ? Ceux-ci peuvent avoir changé en 7 ans.

PARKING
Le Parking actuel offre 132 places gratuites. Demain, nous aurons 254 places payantes.
« la Commune est par ailleurs confrontée à un besoin fort de création de places de stationnement en souterrain, et souhaite offrir une solution aux véhicules stationnés toute la journée en zone verte ou sur les zones non réglementées proches du centre-ville ». (2009-2012)

Si les véhicules se garent en zone verte ou en zone gratuite (non réglementée), c’est pour ne pas payer ou payer le moins possible. Il y a fort à parier que les voitures qui se garent actuellement sur le parking de surface gratuit vont d’abord chercher une autre solution gratuite : le Parc comme le mercredi ?
Ce parking va-t-il vraiment se remplir ?
On peut en douter : en 2015, la fréquentation du parking Libération (parking de la gare) est en baisse, que ce soit en fréquentation horaire (-2%) ou en nombre d’abonnés (-1,7%). Il y a même quelques places disponibles au parking des Graviers, traditionnellement complet.
Par ailleurs, les places mises en location à la résidence Georges V n’avaient pas toutes trouvé preneurs en février dernier la dernière fois que le sujet a été évoqué en Conseil Municipal…
CA 2015

Alors, y a-t-il malgré tout un besoin à plus long terme ? Peut-être, mais dans ce cas il s’agit d’un investissement qui va coûter (très) cher à la ville…

Remarque :
« ce programme devra être lié à l’opération de création de logements aidés projetée au 15, rue de Lorraine, afin de trouver une solution pour l’accès au stationnement de cette opération et de ne pas densifier le trafic sur la rue de Lorraine » (2009)

Si le parking se remplit :
3 fois plus de places (254 places publiques + 127 réservées aux activités du site)
+ les voitures de la résidence de jeunes actifs qui entreront par le même accès (servitude de passage)
= au minimum 3 fois plus de voitures qui vont passer par des petites rues
Lesquelles ?
Rue Jean Mermoz : donc rue Maisons-Neuve, rue Pauline Kreuscher ou rue du Gros-Murger (ces 2 dernières étant empruntées par les scolaires le matin à l’heure où nombre d’utilisateurs éventuels du parking vont chercher à le rejoindre…)
Rue Gallieni : donc rue des Plantes et rue de Lorraine !
N’oublions pas qu’il y a déjà plus de 200 véhicules qui passent par ces mêmes rues tous les jours et sensiblement aux mêmes heures pour rejoindre le parking de Cap Mermoz.

LOCAUX D’ACTIVITES

« la Commune œuvre depuis plusieurs années pour accueillir de nouvelles entreprises sur son territoire, et qu’ainsi s’est achevé en 2008 le programme d’immobilier d’entreprises, d’une surface de plancher de 10 000 m², situé rue Jean Mermoz à proximité immédiate de la gare et du parking du Marché » (2012)
Programme qui a pris 4 ans de plus que prévu : les investisseurs prêts ont attendu qu’un tiers des surfaces de bureaux soient réservés par des entreprises… ce qui a pris du temps alors que la crise de 2008 n’avait pas encore affaibli l’économie.

A-t-on besoin de nouveaux locaux ? de nouveaux commerces ?
Il y a plusieurs locaux d’activités vacants sur la ville. On voit régulièrement fleurir des panneaux.
Après une recherche rapide sur internet, nous avons identifié plus de 2000 m2 disponibles sans compter les petites surfaces !
Rue Jean Mermoz : 617 m2
Rue Croix Castel : 570 m2
Avenue de Longueil-Rue du Prieuré : 1087 m2

De plus, dans le Projet d’Aménagement et de Développement Durable (PADD) de la ville, M. Myard nous a parlé du projet de développement d’immeubles d’activités rue de la Passerelle.

Alors, 5500 m2 de plus ? Avons-nous vraiment besoin de tout ça ?
Ces locaux d’activités vont-ils se remplir ?
Des Locaux commerciaux sont encore disponibles place du Marché = 158 m2. Est-il sensé d’en prévoir 219m2 supplémentaires ?
Ces locaux commerciaux vont-ils se remplir ?
Locaux vacants

Des besoins, nous en avons ! Nous avons besoin de construire du logement à Maisons-Laffitte. Tout comme nous avons besoin d’équipements. Pourquoi ne pas profiter de l’annulation de la délibération de 2012 pour repenser complètement le projet ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.