Les transports et les déplacements dans le PLU de Maisons-Laffitte

1ère étape : la prescription du PLU. Les déplacements font partie des objectifs.
Le Conseil Municipal a prescrit Le 18 novembre 2013 la révision du Plan d’Occupation des Sols valant transformation en Plan Local d’Urbanisme :
En parallèle de la recherche d’une meilleure compatibilité du document d’urbanisme ancien avec le nouveau cadre réglementaire, les objectifs principaux de la révision du Plan d’Occupation des Sols valant transformation en Plan Local d’Urbanisme tendent à :
1         Maîtriser et Organiser l’espace pour permettre un développement harmonieux du territoire communal, selon deux axes l’un portant sur la production l’autre sur la protection.
2         Favoriser le développement de l’activité économique, commerciale, artisanale et touristique
3         Réfléchir à l’amélioration de la circulation et du stationnement de la commune et favoriser quand cela est possible les déplacements alternatifs aux véhicules motorisés, y compris les déplacements piétonniers.
4         La nécessaire prise en compte des problématiques liées à l’environnement et au développement durable au regard des enjeux et perspectives des lois Grenelle I et II 

 

2ème étape : le diagnostic. Les déplacements doux ont leur place dans les « enjeux pour demain »

Synthèse du diagnostic et de l’état initial
LES GRANDS ENJEUX POUR DEMAIN
Transports et Déplacements

  • Poursuivre les efforts en faveur des modes alternatifs à la voiture en particulier la marche à pieds et le vélo.
  • Faciliter les déplacements en mode doux et favoriser la pratique des zones partagées
  • Développer les aires de stationnement pour les vélos près de la gare

Un potentiel pour participer à la mise en œuvre de la transition énergétique

  • Accompagner la tendance observée des Mansonniens à la réduction des déplacements automobiles au profit des modes plus doux.

 

3ème étape : le PADD (Projet d’Aménagement et de développement durables). On y cherche les transports et déplacements.
Et pourtant, d’après sa définition, le PADD arrête les orientations générales concernant l’habitat, les transports et les déplacements, les réseaux d’énergie, le développement des communications numériques, l’équipement commercial, le développement économique et les loisirs

Synthèse du PADD
3 grands axes de développement : rien sur les déplacements
3 ou 4 sous-titres dans chacun des 3 grands axes : toujours rien sur les déplacements
Rien non plus dans les documents graphiques
Enfin, dans une sous-sous-partie de l’AXE 3 : Une croissance urbaine responsable (sous-partie Une évolution urbaine qui s’articule avec les objectifs de développement durable), on trouve mention des « transports collectifs » et  en ce qui concerne les déplacements de

    • Assurer les conditions de circulation apaisée, notamment pour les usagers des modes doux en réfléchissant au développement possible de pistes cyclables, de cheminements piétons et d’espaces partagés…  
    • Organiser la gestion des stationnements, à la fois pour les voitures et les vélos, en cohérence avec les besoins et les projets sur le territoire. 

 

4ème étape : la Traduction Réglementaire des objectifs du PADD composée d’Orientations d’Aménagement et de Programmation (OAP), du Zonage et du Règlement.

OAP 1 et 2 (dans les enjeux) : Faciliter l’accès à la gare en mode doux depuis ces sites
OUI, mais ces OAP étant à proximité immédiate de la gare, la présence de cet objectif semble surtout répondre à une demande législative ou réglementaire. Aucune indication sur le comment : traitement de la voirie, restructuration de l’accès à la gare par l’avenue du général De Gaule et la rue Saint-Nicolas ?
C’est aussi d’une opération d’aménagement de ce secteur et de cet accès potentiellement accidentogènes dont nous avons besoin.

OAP 3 : Centre-ville
(dans les enjeux) Faciliter les déplacements en mode doux.
Dans le document graphique, une flèche verte sur l’avenue de Longueil avec pour légende « Permettre un partage de la voirie (voitures, vélos, piétons) ». Enfin du concret ? Une zone partagée ? Pas vraiment : à notre demande de précision sur le projet, il nous a été répondu que ce partage était déjà fait, que rien de plus n’était prévu !

Au final, dans ce PLU :
Rien de concret pour faciliter le cheminement piéton : pas d’élargissement de trottoirs, de création de cheminement piéton alors que cela serait possible dans le cadre des îlots Longueil (marché-avenue de Longueil) et Solférino (avenue de Longueil-POPD et bords de Seine).
Pas de trame cyclable
Pas de délimitation de zones de rencontre
Pas de réflexion d’ensemble sur les déplacements qui ne se font pas tous vers la gare mais aussi vers les équipements (écoles, gymnases, piscine, conservatoire…)

Si on y rajoute qu’il n’y a pas non plus de création de places ou de lieux de convivialité, ce que l’on constate, c’est que l’homme sans voiture est absent de ce PLU.

Et pourtant, il aurait été bon de répondre aux attentes des Mansonniens telles qu’ils les ont exprimées dans le cadre de la concertation autour de 4 grandes thématiques :

  • La préservation du cadre de vie et du tissu pavillonnaire
  • Les futures règles de constructibilité
  • L’amélioration des espaces publics et des déplacements
  • Le niveau d’équipement et de commerces

Avec même des demandes précises : développer les pistes cyclables et les stations de stationnement vélos, notamment le long de l’avenue du général De Gaulle et Saint-Germain

Il faudra encore attendre !

Une réflexion sur « Les transports et les déplacements dans le PLU de Maisons-Laffitte »

  1. Un travail impressionnant.
    Que j’apprécie d’autant plus que, me déplaçant essentiellement à bicyclette, je ne suis pas vraiment content de la situation existante et de l’absence d’un « plan vélo »…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.