Bravo pour votre mobilisation !

Tribune des élus de Maisons-Laffitte, juillet 2019

Le 26 mai, plus de 10 000 électeurs inscrits à Maisons-Laffitte ont fait le choix de s’exprimer dans le cadre des élections européennes. Avec plus de 60 % des inscrits, c’est 10 points de plus qu’au niveau national. Au-delà du nombre, les électeurs que nous avons rencontrés étaient souriants, patients lorsqu’il y avait un peu d’attente, enthousiastes lorsqu’il s’agissait de leur premier scrutin. Nombreux ont été les volontaires pour participer aux opérations de dépouillement.

Continuer la lecture de « Bravo pour votre mobilisation ! »

Vélo : ça bouge enfin (un peu) !

Tribune des élus de Maisons-Laffitte, juin 2019

Il est des batailles qui semblent partout d’un autre siècle, sauf à Maisons-Laffitte. Les transports et les déplacements en sont un bon exemple.

Heureusement pour nous, la compétence « organisation de la mobilité » est devenue une compétence communautaire, c’est-à-dire gérée par notre communauté d’agglomération, la CASGBS. Si la nouvelle structuration des réseaux de bus urbains et interurbains ne nous permettra pas de sortir de notre 20ème et dernière place en termes de desserte de la population, il semblerait que les cyclistes urbains puissent enfin bénéficier d’une amélioration. Il faut dire que nous partons de loin !

Continuer la lecture de « Vélo : ça bouge enfin (un peu) ! »

Le 26 mai, je vote aux européennes

Tribune des élus de Maisons-Laffitte, mai 2019

Cinq ans déjà que nous publions cette tribune. Cinq ans que nous défendons les Mansonniens les moins favorisés, contre la majorité municipale et le maire, qui considèrent que tout le monde est riche à Maisons-Laffitte et qu’un peu de charité suffit bien. Cinq ans que nous essayons de faire progresser notre ville vers plus de solidarité, vers des transports non polluants. Cinq ans que nous nous rencontrons chaque premier jeudi du mois pour échanger, recueillir vos avis, porter, au conseil municipal, vos aspirations à plus de justice et de mixité sociale et à une politique plus écologique.

Continuer la lecture de « Le 26 mai, je vote aux européennes »

Vivre le grand âge à Maisons-Laffitte

Tribune des élus de Maisons-Laffitte, avril 2019

Nous continuons de donner la parole aux Mansonniens afin qu’ils inspirent notre action et puissent servir les débats. Ce mois-ci, une personne témoigne de ses bonheurs et inquiétudes à l’approche du grand âge (extraits) :

Continuer la lecture de « Vivre le grand âge à Maisons-Laffitte »

Pour une politique tarifaire plus juste

Tribune des élus de Maisons-Laffitte, mars 2019

A l’heure où vous lirez ces lignes, le débat d’orientation budgétaire 2019 aura déjà eu lieu. Nous pouvons déjà en imaginer les grandes lignes : comme tous les ans, les dépenses de fonctionnement 2018 ont été conformes ou plus probablement souvent inférieures aux prévisions et les recettes supérieures à celles-ci. M. Myard aura alors beau jeu d’annoncer une forte capacité d’autofinancement, preuve à ses yeux d’une gestion rigoureuse. Mais cet autofinancement de plusieurs millions d’euros, c’est autant d’argent que vous avez acquitté à travers vos impôts ou  redevances, alors que l’on aurait pu vous éviter de le faire !

Continuer la lecture de « Pour une politique tarifaire plus juste »

Handicap, il faut faire plus

Tribune des élus de Maisons-Laffitte, février 2019 – 2ème partie

300 Mansonniens, selon le maire, disposent d’une carte d’invalidité et relèvent donc du handicap. Mais vous ne trouverez pas ce mot sur le site de la ville. Pas de commission municipale ou extra-municipale pour les handicapés. Certes, on ne peut pas dire que rien n’a été fait depuis la loi de février 2005, qui oblige toutes les communes de plus de 5000 habitants à permettre aux handicapés de circuler avec la plus grande autonomie possible, d’accéder aux locaux et équipements, de se repérer et de communiquer. Et, principe novateur de cette loi, en prenant en compte TOUS les handicaps (moteur, visuel, auditif, mental).

Continuer la lecture de « Handicap, il faut faire plus »

Psychodrame dans la majorité municipale

Tribune des élus de Maisons-Laffitte, février 2019 – 1ère partie

En octobre et en novembre, à travers deux articles, nous mettions en lumière l’attitude de Jacques Myard vis-à-vis de son adjointe à la culture, l’heure est aujourd’hui au retour sur « l’affaire ».

Du jamais vu en conseil municipal sous l’ère Jacques Myard ! Le 19 novembre, il a été mis en minorité. Par 17 voix contre 16, sa proposition de retirer à Janick Géhin sa fonction de maire-adjoint a été rejetée. Tout comme nous, opposition de gauche, près d’un tiers de ses colistiers ont voté contre lui. Le vote est visible grâce à notre captation.

Cette disgrâce suit une élection interne aux Républicains où Mme Géhin a « osé » se présenter face à M. Myard. Les Mansonniens ne sont pourtant en rien concernés par ces querelles. 7e adjointe, déléguée aux affaires culturelles depuis 2014, elle a œuvré positivement pour la politique culturelle de la ville. Après le désaveu qu’il a reçu, le maire a décidé qu’elle sera déléguée… aux archives et à la documentation. Chacun appréciera.

La deuxième partie de la tribune, intitulée « Handicap, il faut faire plus » est disponible sur ce site

Être ado à Maisons-Laffitte

Tribune des élus de Maisons-Laffitte, janvier 2019

Nous donnons la parole aux Mansonniens. Leurs satisfactions, leurs difficultés et leurs suggestions inspirent notre action. Avec cette tribune, nous partageons ces éléments afin qu’ils puissent servir les débats qui s’installeront à l’approche des prochaines municipales. Ce mois-ci, les adolescents :

Continuer la lecture de « Être ado à Maisons-Laffitte »

Elections et démocratie ?

Tribune des élus de Maisons-Laffitte, décembre 2018 

Les élections municipales de 2020 seraient-elles déjà lancées ? A en croire les dissensions qui secouent l’équipe majoritaire de notre mairie, il semblerait que oui.

Juin 2017 : Jacques Myard perd les élections législatives. Il n’est plus député et reste donc maire. N’avait-il pourtant pas préparé sa succession ?

Septembre 2017 : faute du palais Bourbon, ce sera peut-être celui du Luxembourg. J.Myard ambitionne de devenir sénateur. Peu importe que le parti politique auquel il appartient ait déjà officiellement investi un candidat. Il rentre en dissidence, ce qui ne semble pas lui poser de conflit de loyauté. Il se trouve également opposé à l’un de ses adjoints, ce qui semble ne pas lui poser problème non plus.

Par deux fois, M. Myard a tenté de quitter son mandat de maire. Pour satisfaire ses ambitions personnelles ? Par deux fois, les électeurs en ont décidé autrement.

Octobre 2018 : élections internes chez Les Républicains. Il s’agit d’élire le délégué de la 5ème circonscription. J. Myard l’emporte face à son adjointe déléguée à la culture, Janick Géhin. Deux jours plus tard, il exclut celle-ci de son équipe municipale en lui retirant toutes ses responsabilités !

Aurait-elle démérité ? Non, il reconnait lui-même son action à la culture : « Je n’ai rien à lui reprocher concernant son bilan… ». Il parle « de problème de loyauté et de confiance ». La loyauté serait-elle à nouveau une valeur à laquelle J. Myard serait attaché ? Mais loyauté par rapport à qui ? A la ville ou à sa personne ?

Car en arrière-plan, J. Myard suspecte surtout son adjointe d’avoir « 2020 pour objectif », c’est-à-dire les élections municipales. Est-ce donc dans la perspective d’un 5ème mandat et pour se débarrasser d’une éventuelle rivale qu’il n’hésite pas à priver la ville d’une élue dont il salue lui-même l’action ?

On parle, par ailleurs, depuis 2009 de la construction d’un nouveau conservatoire, les locaux actuels n’étant pas à la hauteur de la mission qui lui est confiée. Ce projet était porté par Janick Géhin. Qui va le défendre maintenant ? Des arbitrages budgétaires entre gymnase et conservatoire devaient être faits cette année. Ces arbitrages vont-ils changer de nature ? Le projet du nouveau conservatoire sera-t-il la victime collatérale des rivalités électorales ?

Plutôt que de s’enfermer dans des stratégies de conquête ou de préservation d’un pouvoir personnel, ne serait-il pas plus utile de recentrer l’action municipale sur l’amélioration du bien commun et la construction du Maisons-Laffitte de demain ?

Être pauvre à Maisons-Laffitte

Tribune des élus de Maisons-Laffitte, novembre 2018

Être pauvre, « c’est disposer de peu. Définir la pauvreté revient à définir ce que représente ce peu », selon le directeur de l’Observatoire des inégalités, Louis Maurin. En France métropolitaine, le seuil de pauvreté est de 1015 € par mois pour une personne seule, 1523 € pour un couple sans enfant ou pour une famille monoparentale.

Continuer la lecture de « Être pauvre à Maisons-Laffitte »