Intervention de Maika Bamps sur le budget primitif de la commune

Intervention au conseil municipal du 09 avril 2018

(Voir la vidéo de cette intervention (à la fin de cette vidéo), et les réponses du maire et de Philippe Bouvier. )

1ère remarque :

« Si le contenu de ce rapport (égalité femmes-hommes) n’est pas conforme aux prescriptions réglementaires, la délibération sur le budget peut faire l’objet d’une annulation, la présentation préalable de ce rapport constituant une formalité substantielle».

2ème remarque :

Le DOB (débat d’orientation budgétaires) n’a pas été publié sur le site de la ville alors que c’est obligatoire avant le vote du budget primitif.

3ème remarque :

Il va falloir que M. le maire revoie sa définition de la sincérité d’un budget. Sous-estimer les recettes et surestimer les dépenses est sans doute un principe de gestion budgétaire, il n’en reste pas moins que la sincérité consiste à évaluer dépenses et recettes au plus proche. L’an dernier, nous avons dégagé un excédent de plus de 6 M€ sur un budget d’environ 60 M€, ça fait quand-même 10% ! Et même de près de 20% sur la partie fonctionnement qui était excédentaire de presque 6 M€ sur un montant total de 30M€. On ne peut pas dire qu’il s’agit d’erreurs à la marge liées à l’aléa.
Qu’est-ce qui me dit que ce budget est plus sincère ?

4ème remarque :

En investissement, une somme de 9,5 M€ n’est pas ventilée. Y sont associés différents projets dont le coût total s’élève certainement à bien plus. Tout cela est bien flou. Quels vont être les « grands » projets effectivement lancés cette année ? Difficile de se prononcer sur un budget qui ne les précise pas.

Besoin d’explication sur la page 41 du BP présentation par fonction : colonne 61 : service en faveur des personnes âgées. Total des dépenses 143 000 €. Total des recettes : 255 000€. (Ce doivent être les services communs qui font la différence. Sinon on ferait mieux d’appeler cette colonne service des personnes âgées en faveur de la ville. Quelles sont ces recettes ?
Idem page 40 : actions en faveur de l’enfance et de l’adolescence. Dépenses 51 000€. Recettes : 74 000€

5ème remarque :

Je reviens sur les excédents des budgets. Avec de tels excédents, on pourrait financer une politique sociale plus ambitieuse. La subvention au CCAS qui reste identique depuis des années (300 000€) alors que le loyer que celui-ci paye à la ville pour la RPA augmente lui chaque année : je n’ai pas retrouvé le chiffre, vous pouvez me le donner ? (chiffre retrouvé depuis : 171 000€)
ET TOUJOURS PAS DE TARIFICATION AU QUOTIENT FAMILIAL POUR LA RESTAURATION SCOLAIRE. En croisant les données de la page 34 du BP : hébergement et restauration scolaire et ce que nous dit Mme Boiron, adjointe aux affaires scolaires, à savoir que les familles ne payent que 57% du service restauration (le reste étant pris en charge par la collectivité), on voit qu’une somme maximale d’1 M€ permettrait de mettre en place cette tarification sans augmenter la participation des familles les plus aisées puisque c’est votre crainte.
Un M€ rapporté aux 6M€ d’excédents, nous avons largement les moyens de le faire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.